Une mission résumée… par un Post-It®!

Le Post-It®, produit-phare de l’entreprise américaine 3M, est sans aucun doute l’accessoire de bureau le plus connu et reconnu! Ces papillons adhésifs[1] feraient tomber annuellement environ un milliard USD dans les coffres de l’entreprise basée à Maplewood, dans l’État du Minnesota. Vous pouvez donc facilement imaginer le nombre incroyable de Post-It® collés un peu partout dans les bureaux et même dans les résidences de la planète!

Une idée ratée

Aussi petit et banal qu’il puisse paraître, le Post-It® possède une histoire fascinante en soi, que je vous résume à grands traits ici[2]. À la fin de la décennie 1960, le chimiste Spencer Silver, chercheur à 3M, travaillait à mettre au point une colle permettant une adhésion maximale à la surface sur laquelle elle était appliquée. Malgré ses efforts répétés, les recherches de Spencer n’aboutirent qu’à la mise au point d’une colle qui présentait plutôt un faible niveau d’adhésion. De prime abord, on y verrait là un échec. Mais Spencer Silver demeurait intrigué par la particularité de son produit. Pressentant tout de même un potentiel pour sa découverte, le chimiste prit le bâton du pèlerin et s’acharna, au cours des années suivantes, à convaincre ses collègues et la haute direction de 3M de l’avenir de son produit. Le problème, c’est que Silver lui-même ne pouvait définir ce à quoi ressemblerait cet avenir : il avait inventé un produit qui ne répondait à aucun besoin ou problème particulier! Il faudra l’intuition d’Art Fry, lui aussi à l’emploi de 3M, pour que se fasse le déclic. Ce dernier, fervent pratiquant, n’en pouvait plus de voir tomber le signet servant à marquer les pages de son missel lors de l’office dominical. Se rappelant soudainement le prêche de Spencer Silver en faveur de sa colle « incollable » au sein de l’entreprise, il prit sur lui de travailler à l’élaboration d’un signet qu’il pourrait coller, détacher et recoller à loisir. Alléluia, le Post-It® était né! Le petit aide-mémoire jaune fut commercialisé en 1977, avec le succès qu’on lui connaît aujourd’hui.

La force d’une mission

Si le Post-It® demeure un exemple patent de persévérance, d’intuition et de créativité, j’attire toutefois votre attention sur le simple fait que sans la présence d’une mission solidement établie à 3M, une telle invention n’aurait jamais vu le jour. Qu’est-ce qu’une mission, d’un point de vue stratégique? C’est « […] l’affirmation de son intention fondamentale, de sa raison d’être »[3]. Dans le cas de 3M, cette mission n’a jamais été exprimée en fonction des produits de l’entreprise. Reconnaissons que « Fabriquer de meilleurs adhésifs et de meilleurs abrasifs » n’a rien de trop sexy, tant pour les clients de l’entreprise que pour les employés de cette dernière! Au contraire, 3M a plutôt choisi pour sa mission une formulation plus vague, mais certainement plus engageante pour ses troupes : « To solve unsolved problems innovatively » (résoudre des problèmes non résolus de manière innovante). Nettement mieux!

Toutefois, cette mission a besoin de leviers tangibles pour se concrétiser, à défaut de quoi les mots ne demeurent que du vent… Chez 3M, l’un de ces leviers est la « politique du 15 % », une politique en place depuis 1948 et qui autorise les chercheurs de l’entreprise à consacrer 15 % de leur temps de travail (rémunéré, il va de soi) à des projets personnels. C’est donc à l’intérieur de ce 15 % de l’horaire qu’Art Fry a pu plancher sur le défi qu’il tenait à relever, défi que nous avons évoqué plus haut, et qui a débouché sur l’un des plus gros succès commerciaux de 3M. Et comme le souligne Kaomi Goetz dans un article[4] publié à ce sujet, le Post-It® ne fut que l’une des conséquences heureuses de cette politique bien avisée, 3M étant à l’origine de nombreuses innovations dans son domaine d’affaires.

Voilà le résultat de l’élaboration d’une mission inspirante, opérationnalisée à l’aide de moyens concrets… et d’une bonne dose de confiance témoignée et de latitude laissée à l’égard de ceux qui peuvent concrétiser les aspirations de l’entreprise, à savoir les employés! Entrepreneurs et gestionnaires, prenez bonne note de la chose… sur un Post-It®, s’il le faut!

[1] Ne riez pas! C’est la traduction proposée par l’Office québécois de la langue française!
[2] Pour la version officielle, voir la page Internet consacrée à l’histoire du Post-It®, sur le site de 3M.
[3] Johnson, G., Scholes, K., Whittington, R., & Fréry, F. (2017). Stratégique, 11e édition, p. 7
[4] Kaomi Goetz, « How 3M Gave Everyone Days Off and Created an Innovation Dynamo ». Co.Design, 1er février 2011.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: