Le vieillissement de la main-d’œuvre : péril ou chance à saisir?

Le discours occidental au sujet de la pénurie appréhendée de main-d’œuvre clame haut et fort que la force de travail vieillissante, résultante d’une population elle-même vieillissante, est un danger pour l’économie des nations développées. Mythe ou réalité?

« Mythe! », répondraient en chœur Daron Acemoglu et Pascual Restrepo, s’il faut en croire leurs propos tenus dans le billet[1] qu’ils ont publié sur le site Internet de la Sloan Management Review. Voyons ce qu’il en est!

Un constat qui interpelle!

Il est vrai de reconnaître que la population des pays développés gagne en âge et que, conséquemment, les forces productives suivent également la même tendance. Une statistique, présentée d’entrée de jeu par les professeurs Acemoglu et Restrepo, rappelle brutalement cet état de fait : le nombre de Terriens âgés de plus de 65 ans dépassera sous peu le contingent des enfants de moins de cinq ans! Évidemment, tous les pays de la planète ne sont pas égaux, en termes de composition démographique. Comme je le soulignais d’emblée, le vieillissement frappe davantage les pays développés, souvent occidentaux, que les pays émergents. Un coup d’œil à la pyramide des âges de ces quatre pays saura vous convaincre de la chose.

Ce phénomène ne va pas sans susciter moult inquiétudes, tant chez ceux qui ont la responsabilité de diriger les destinées de leur économie nationale respective que pour les dirigeants d’entreprises ou d’organisations. D’aucuns voient en effet dans l’avancée en âge de leur population une menace à la prospérité économique collective, alors que les travailleurs d’expérience seraient moins productifs que leurs jeunes collègues de travail, en cette ère de société de l’information notamment mue par le développement des technologies de l’information. D’autres croient qu’une population vieillissante tend à épargner davantage qu’à investir, ce qui ne peut in fine que mener qu’à la stagnation des économies concernées.

Des données qui rassurent!

Pas d’inquiétude, selon Daron Acemoglu et Pascual Restrepo! Les deux universitaires ont croisé l’évolution de deux variables, à savoir le PIB de 169 pays et la composition démographique de ces mêmes pays pour la période 1990-2015. Leur conclusion est simple : il n’existe pas de corrélation négative entre les changements à la pyramide des âges et la croissance de l’économie des pays concernés. En somme, et même pour des pays qui sont aux prises avec un vieillissement accéléré de leur population, l’âge de cette dernière n’explique pas le ralentissement de l’économie. Voilà qui est clair!

L’explication!

Le plus étonnant, c’est que les professeurs Acemoglu et Restrepo ont toutefois trouvé, pour certains pays, une corrélation entre l’évolution de la démographie et la croissance positive de l’économie! De fait, affirment les universitaires, il appert que des pays comme l’Allemagne, le Japon ou la Corée du Sud, où le vieillissement de la population est plutôt marqué, sont à l’avant-garde de la révolution technologique et que ces pays sont des meneurs à l’échelle mondiale en matière de conception et d’utilisation des robots industriels. Daron Acemoglu et Pascual Restrepo concluent leur étude en signalant que loin d’être un facteur négatif, le vieillissement de la population et de la main-d’œuvre serait davantage un déclencheur qui pousserait les économies touchées par ce phénomène démographique à s’engager résolument dans la robotisation de leur structure industrielle. Les gains en productivité suffiraient donc à neutraliser d’éventuelles baisses du PIB, ou pourraient même contribuer à améliorer la croissance de ce dernier!

Les révolutions technologiques ont ceci de malheureux qu’on les affuble d’un vocable radical, « révolution ». Il y a eu la révolution industrielle, la révolution électrique, la révolution des TIC, et il y a aujourd’hui la révolution des robots. En regard de ces moments clés de l’Histoire, ne devrait-on pas plutôt parler de « transition »? Certes, les bouleversements qu’entraînent ces modifications en profondeur de nos sociétés ont leur importance et leurs conséquences, parfois heureuses, parfois fâcheuses, comme nous avons eu l’occasion de l’exprimer dans un article[2] précédent. Mais quoi qu’il advienne, l’Humanité entière a toujours su s’adapter. Et nous sommes là pour en témoigner aujourd’hui!

[1] Daron Acemoglu et Pascual Restrepo. « The New Economic Benefits of Older Workers ». Sloan Management Review, 19 décembre 2017.
[2] Lire « L’invasion des robots », publié le 7 janvier 2018.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: