Le champion mondial de la compétitivité

En raison de la mondialisation, la planète est aujourd’hui devenue un immense marché au sein duquel toutes les nations du globe sont en concurrence pour attirer les investissements étrangers. À ce jeu, quels sont les pays qui se démarquent, en termes de compétitivité?

La performance américaine

À chaque année, et ce depuis 30 ans, l’école de commerce helvète IMD publie son World Competitiveness Rankings, un classement qui présente la performance de 63 pays, en matière de compétitivité. D’abord, attardons-nous aux résultats de cette étude annuelle. Pour l’édition 2018 de ce palmarès, les États-Unis montent sur la première marche du podium, suivis de deux joueurs asiatiques, Hong Kong et Singapour. Le top 10 se décline ainsi :

Le score obtenu par chaque économie est le résultat pondéré de 258 indicateurs mobilisés par IMD aux fins de leur étude. Ces indicateurs peuvent être regroupés en quatre grandes familles, à savoir la performance économique, l’efficience gouvernementale, l’efficience de l’environnement d’affaires et la qualité des infrastructures.

La performance américaine a peut-être de quoi surprendre. En effet, la présence de l’autocrate orangé à la Maison-Blanche aurait pu laisser croire à un score à la baisse pour l’Oncle Sam, mais il n’en est rien. De fait, les États-Unis, comme le rapporte Michelle Jamrisko dans son article[1] publié sur le site Internet de Bloomberg, reprennent la tête de ce classement, perdue lors de l’édition 2016. Certes, la croissance économique que connaît le pays, la hausse du PIB ayant été estimée à 2,9 % pour l’année en cours, explique partiellement la chose. Mais la force de l’investissement étranger, de même que la qualité des infrastructures dédiées à la recherche et au développement, sont des facteurs qui ont à coup sûr contribué à placer les États-Unis en tête de peloton. Quant à connaître le poids de « l’effet Trump » sur la compétitivité américaine, le débat est lancé, et n’est toujours pas clos. Pour ma part, je suis de ceux qui pensent que les dirigeants politiques sont davantage des spectateurs que des acteurs dans le grand jeu économique planétaire. À moins évidemment de torpiller l’économie d’un pays à grands coups de politiques économiques et sociales rétrogrades et d’envolées oratoires vexantes, voire même racistes… C’est à voir!

Les surprises

Le classement publié par IMD révèle également certaines surprises, qu’il convient de signaler ici. Hors du tableau présenté plus haut, l’Autriche (18e rang) effectue un bond de sept places par rapport au palmarès de l’an dernier, devant des économies solidement établies comme celles du Royaume-Uni (20e rang), du Japon (25e rang), de la Corée du Sud (27e rang) et de la France (28e rang). Trouvez l’erreur! En fait, selon IMD, il faut voir dans cette 18e position autrichienne le résultat d’une croissance maintenue de son PIB (la prévision est établie à 2,8 % pour 2018), à la réduction du déficit étatique et à la hausse de la productivité des entreprises.

Autre bond d’importance, celui-là peut-être un peu moins surprenant : la Chine passe au 13e rang du classement, soit un gain de cinq places par rapport à l’an dernier. Dans le cas de l’Empire du Milieu, cette poussée vers l’avant serait le résultat, toujours selon IMD, du resserrement du cadre légal chinois (une bonne nouvelle pour le respect du droit des affaires, jamais acquis en Chine!) et de l’investissement de Beijing dans les infrastructures tangibles et intangibles du pays, un fait que nous avions signalé dernièrement dans notre article « Le mirage chinois ».

Comme le mentionne IMD en conclusion de son classement, il n’existe pas de recette magique quant à la compétitivité d’une économie. Les meneurs en la matière déploient une combinaison de facteurs, certains insistant sur la performance de l’environnement d’affaires, d’autres sur l’efficience gouvernementale, par exemple. L’important demeure le résultat final et, surtout, la validité une fois de plus démontrée de l’équation « compétitivité = niveau de vie élevé »…

Michelle Jamrisko, « U.S. Leapfrogs Singapore, Hong Kong to Win World’s Most Competitive Economy ». Bloomberg, 23 mai 2018.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: