Une lune de miel bien courte

Les fusions et les acquisitions sont des manœuvres stratégiques qui ne vont pas sans comporter une certaine part de risque. Tout comme dans le cas d’un mariage, ce que les fusions et les acquisitions sont dans les faits, on a l’impression d’être faits l’un pour l’autre, et rien ne saura venir ébranler la nouvelle union! Mais quelques mois de cohabitation suffisent souvent à faire déchanter les partenaires…

Serait-ce la situation vécue par les deux géants que sont Amazon et Whole Foods Market (WFM) eux qui ont convolé en justes noces en août 2017? C’est en tout cas ce que semble décrire Nicolas Rauline, dans son récent article[1] publié sur le site Internet du quotidien français Les Échos.

Synergies à l’œuvre!

On doit toutefois reconnaître que l’achat de Whole Foods Market par Amazon, une transaction estimée à 13,7 milliards USD, semble avoir porté ses fruits, sur le plan financier à tout le moins. La nature des activités des deux entreprises, l’une meneuse mondiale du commerce en ligne, l’autre spécialisée dans la vente au détail de produits alimentaires biologiques, promettait de belles synergies, comme nous le signalions en août dernier dans notre article « La marche des géants » (cliquez sur l’image ci-contre). De fait, toujours selon l’article de Nicolas Rauline, la fréquentation des supermarchés de Whole Foods Market aurait augmenté de 3 % depuis l’absorption de l’entreprise par Amazon, une performance remarquable, au sein d’un domaine d’affaires hyper concurrentiel. Sans doute faut-il y voir un « effet Amazon », puisque l’entreprise de Seattle, comme le rapporte Justin Lahart dans son papier[2] paru dans le Wall Street Journal, offre aux membres de leur programme Amazon Prime faisant leurs emplettes chez WFM un rabais de 10 % sur certains produits déjà soldés, de même que la livraison gratuite en deux heures, pour les factures supérieures à 35 dollars. Voilà qui incitera les clients d’Amazon à fréquenter les vertes allées de Whole Foods Market, et les habitués de WFM à adhérer à Amazon Prime. Bel exemple de synergie!

Il n’y a pas d’unions parfaites…

Si les clients des deux entreprises semblent donc être les heureux bénéficiaires du mariage Amazon-Whole Foods Market, les dirigeants, les gestionnaires et les employés de la chaîne d’alimentation au détail peinent à trouver leurs repères, au sein du gigantesque univers d’Amazon. Et le malaise a été évoqué par nul autre que John Mackey, le PDG de WFM, lors d’une rencontre avec des employés, enregistrée à son insu! Au cours de cette rencontre, les propos du dirigeant, rapportés par Hayley Peterson dans son article[3] publié sur le site Internet du magazine Business Insider, ont été d’une candeur qu’on retrouve rarement dans les hautes sphères de la direction des entreprises. Même s’il s’est montré satisfait des résultats de l’entreprise depuis son rachat par Amazon, John Mackey a employé la même analogie du mariage pour expliquer ses états d’âme à ses employés : « Je suis généralement satisfait de notre position à l’heure actuelle. Est-ce que ça signifie que j’aime tout à propos d’Amazon? Non, certainement! Mais je n’aime pas tout de mon épouse également! Tout compte fait, j’aime 98 % de ce qu’elle est. C’est un assez bon pourcentage, compte tenu de mes relations amoureuses précédentes! » Sages paroles! Je serais tout de même curieux d’avoir l’avis de Mme Mackey! 😊

La culture organisationnelle, encore et toujours!

Quoi qu’il en soit, relate Nicolas Rauline, l’inconfort rapporté chez le personnel de Whole Foods Market est bien tangible, et se traduit par des départs de hauts dirigeants, chose fréquente lors d’une acquisition. Les irritants seraient nombreux et mettraient essentiellement en cause la culture organisationnelle des deux entités concernées. Manque de communication d’Amazon à propos de ses intentions à l’égard de son acquisition, valeurs en porte-à-faux par rapport à celles de WFM : deux symptômes qui traduisent, pour l’instant du moins, une certaine incompatibilité entre les deux entreprises. Car force est de reconnaître que ces dernières évoluent dans des paradigmes culturels bien différents : Amazon est une entreprise marchande dont les valeurs sont fortement axées sur la quête du profit; Whole Foods Market a le souci d’offrir le meilleur à ses clients, elle qui met un accent marqué sur son offre d’aliments biologiques et sur le développement durable. En ce sens, les pressions exercées par Amazon sur les fournisseurs de Whole Foods Market afin que ces derniers abaissent leurs prix seraient très mal reçues par ces mêmes fournisseurs et les acheteurs de WFM, qui ont bâti des relations étroites entre eux depuis des années…

Le taux de succès des fusions et des acquisitions est relativement bas, un fait que nous avons relaté dans notre article « Fusions et acquisitions : mariage de raison, mariage de pognon! ». Comment faire d’une fusion ou d’une acquisition un réel succès? Deux ingrédients sont essentiels, à savoir le temps et les compromis. Ceux qui sont mariés le savent bien! 😉 Un mariage réussi exige de prendre le temps de bien connaître son partenaire, une fois les époux bien installés dans la routine du quotidien. Il exige également de verser de l’eau dans son vin et d’avoir à parfois changer ses propres conceptions. Et ce n’est guère différent dans le monde des affaires! Je laisserai le soin à John Mackey de conclure sur la nécessité de l’adaptation et du changement, tant en contexte matrimonial qu’en contexte d’affaires : « […] lors d’une fusion, tout comme dans un mariage, les deux partenaires vont changer au fil des ans. Je dirais que ceux d’entre vous qui se marieront – et qui seront heureux en mariage – vont changer. Peut-être que vous n’en avez pas l’intention, mais je vous promets une chose : si vous ne changez pas, vous ne resterez pas mariés longtemps! »

Je n’aurais pas pu mieux dire!

 

 

 

[1] Nicolas Rauline, « Un an après le rachat de Whole Foods, Amazon a bousculé la distribution américaine ». Les Échos, 17 juin 2018.
[2] Justin Lahart, « How Whole Foods Gives Amazon a Boost ». Wall Street Journal, 13 juin 2018.
[3] Hayley Peterson, « « I ultimately am not afraid to get fired« : Leaked audio captures Whole Foods CEO John Mackey describing clashes with Amazon ». Business Insider, 13 juin 2018.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: