L’irrésistible marche en avant de la balado

À peine perceptible il y a quelques années dans l’univers bouillonnant des médias, la baladodiffusion (généralement mieux connue sous son vocable anglophone de podcast) s’impose peu à peu comme l’un des vecteurs de prédilection des milléniaux pour se divertir ou s’informer. Portrait d’un phénomène en pleine poussée de croissance!

Le décollage

D’emblée, une statistique : près de 68 millions d’Américains, soit un peu plus de 20 % de la population du pays, écoutent au moins une baladodiffusion[1] par mois! La chose peut paraître banale, si l’on considère la masse de matériel disponible sur Internet, de même que le nombre de canaux par lesquels on peut accéder à ce même matériel. Mais gardons à l’esprit qu’il y a une décennie à peine, le podcast était une quantité relativement marginale dans le portait médiatique mondial. Mais les choses sont en voie de changer, et rapidement. En l’espace de cinq années, mentionne Bob Woods dans son article[2] paru sur le site Internet du magazine strategy+business, les revenus publicitaires des baladodiffuseurs ont connu une croissance phénoménale, passant d’environ 50 millions USD en 2013 à près de 420 millions USD en 2017. Et si la tendance se maintient, ces mêmes revenus pourraient franchir la barre des 1,6 milliard USD d’ici 2022, soit une croissance annuelle moyenne de près de 60 % lors de cette décennie! Phénoménal!

Les causes de l’explosion

Qu’est-ce qui peut expliquer la popularité du podcast? D’une part, les développements technologiques, et notamment la vitesse de transmission des données, qui ne cesse de s’accélérer, rendant encore plus facile la consommation des balados. Jadis, il y a cinq ans à peine (!), un fichier de balado s’écoutait sur l’ordinateur de table. Puis, progressivement, le médium s’est adapté aux différents outils technos qui peuplent notre quotidien, passant de l’iPod au téléphone intelligent, puis aujourd’hui aux haut-parleurs intelligents comme Google Home ou Amazon Echo. Mais surtout, l’élément démographique est incontournable, si l’on veut comprendre la popularité croissante du podcast. Un récent rapport du Reuters Institute révèle que les principaux consommateurs de balados sont, on vous le donne en mille, les jeunes, et tout particulièrement les membres de la génération Z et les milléniaux, qui favorisent ce vecteur dans près d’un cas sur deux. Ces jeunes accrocs à la balado sont, toujours selon le Reuters Institute, généralement plus éduqués et plus en moyens, financièrement parlant, deux caractéristiques qui ne manquent pas de soulever l’intérêt des entreprises qui chercheraient à faire connaître leurs produits ou leurs services sur ce médium. Et puis, fait valoir Michelle Greenwald dans son billet[3] publié sur le site Internet de Forbes, le podcast possède des caractéristiques intrinsèques qui en font un partenaire de choix pour les publicitaires : le consommateur écoute ce qu’il veut et quand il le veut (le besoin de personnalisation est comblé!) et peut même se gaver d’épisodes écoutés en chaîne, multipliant ainsi les occasions pour l’annonceur de se faire connaître. Par ailleurs, les messages publicitaires diffusés sur les balados sont souvent lus par l’animateur du podcast, pour lequel les auditeurs ont déjà un certain attachement, sinon un attachement certain. Pour établir une analogie avec le monde médical, les risques de rejet sont dès lors moins élevés!

Évolution ou révolution?

Il sera intéressant de surveiller le sous-domaine de la diffusion en balado dans les années à venir, et ce pour moult raisons. Certes, les perspectives de croissance évoquées plus haut en font rêver plus d’un, et de plus en plus d’entreprises d’envergure veulent se joindre, par l’entremise de la publicité, au mouvement. Mais Bob Woods rappelle avec justesse que si les revenus publicitaires des podcasts atteindront le milliard et demi de dollars en 2022, ceux de la radio frôleront, quant à eux, les 50 milliards USD, soit 33 fois plus! Les temps changent, mais quand même pas si vite!

 

 

 

 

[1] Selon l’Office de la langue française du Québec, une balado est un « Fichier au contenu audio ou vidéo qui, par l’entremise d’un abonnement au fil RSS, ou équivalent, auquel il est rattaché, est téléchargé automatiquement à l’aide d’un logiciel agrégateur et destiné à être transféré sur un baladeur numérique pour une écoute ou un visionnement ultérieurs. »
[2] Bob Woods, « The Podcasting Revenue Boom Has Started ». strategy+business, 18 octobre 2018.
[3] Michelle Greenwald, « What’s Really Driving The Limitless Growth Of Podcasts ». Forbes, 4 octobre 2018.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: