Sale journée pour les dindes!

Aujourd’hui, jeudi 22 novembre 2018, c’est l’Action de grâces américaine, sans doute mieux connue sous son vocable anglais de Thanksgiving. Pour des millions d’Américaines et d’Américains, cette fête et le long congé qui l’accompagne constituent le moment de l’année de se retrouver en famille autour d’une table bien remplie, au milieu de laquelle trône traditionnellement une dinde dorée à la peau croustillante. Mais pour les volatiles qui sont à l’autre extrémité de la fourchette, chaque troisième jeudi de novembre est à coup sûr une journée à oublier! Elles auront beau faire la roue et présenter leur plus beau plumage afin d’échapper au couperet, il n’en demeure pas moins que c’est environ 45 millions de dindes qui seront sacrifiées sur l’autel de la bonne chère ce jeudi soir, s’il faut en croire les données présentées par la National Turkey Federation américaine. Évidemment, cette journée festive est LA journée pour les producteurs américains, alors que 18,4 % de la production annuelle de dindes est écoulée à cette seule occasion. Pour fins de comparaison, il se mange respectivement 22 millions et 19 millions de volatiles lors des fêtes de Noël et de Pâques, toujours aux États-Unis.

Une viande qui gagne en popularité

L’attachement du peuple américain à ces gros oiseaux quelque peu ridicules est plus solide que jamais! Il faut dire que la dinde et le dindon ont certes gagné leurs lettres de noblesse, en cette ère de surcharge pondérale pour un bon pourcentage de la population occidentale. De fait, rappellent les Éleveurs de volailles du Québec, la viande de dindon regorge de protéines, de vitamines et de minéraux, tout en présentant des taux minimes de gras, de sodium et de cholestérol. Une portion de 75 grammes de dinde contient seulement deux grammes de gras et 24 grammes de protéines, alors que le bœuf présente, pour la même quantité, cinq fois plus de gras pour presque la même quantité de protéines, soit 22 grammes. En somme, la dinde est devenue, au fil des ans, une solution santé pour les carnivores et les amateurs de volailles.

Une telle alternative alimentaire se sera donc traduite par une popularité croissante pour la dinde, un fait que ne sauraient démentir les statistiques à ce sujet. La National Turkey Federation indique d’ailleurs que la production et la consommation annuelle de viande de dinde ont toutes deux doublé depuis un demi-siècle. En 1970, les États-Unis ont produit environ 116 millions de dindes et ce nombre, après avoir atteint un sommet historique de 293 millions d’unités en 1995, se stabilise aujourd’hui à environ 243 millions d’oiseaux. La consommation de dinde par habitant, quant à elle, s’élève annuellement à environ 16,5 livres (un peu plus de 36 kilos) par habitant, alors qu’elle n’était que de huit livres en 1970.

Une grâce en vue pour les dindes?

Les amoureux des dindes vivantes, tout comme les principales intéressées elles-mêmes, peuvent toutefois espérer voir ce carnage annuel s’amoindrir un tant soit peu. Comme l’indique Kat Smith[1] dans son article publié sur le site LiveKindly, deux des plus grands producteurs de dindes aux États-Unis, Butterball et The Hain Celestial Group ont récemment connu des pertes financières d’importance, qui seraient en partie le fait du détournement d’une partie de la clientèle vers la viande dite végétarienne, cette dernière ayant connu l’an dernier une hausse des ventes de l’ordre de 23 % chez l’Oncle Sam. L’entreprise Tofurky, basée en Oregon, vient d’ailleurs, comme l’annonçait le magazine Forbes[2], de vendre sa cinq millionième végé-volaille, signe que le marché pour ce surprenant produit est en plein essor. Décidément, tous les goûts sont dans la nature… 😉

Notons en terminant que deux dindes n’auront pas à subir le triste sort de leurs consœurs. Chaque année, il est de coutume que le locataire de la Maison-Blanche accorde son pardon présidentiel à deux spécimens, une tradition qui remonte au président Abraham Lincoln, il y a plus de 155 ans! La vidéo qui suit relate l’histoire de cette surprenante et cocasse tradition! À déguster, avec un savoureux pilon de dinde et une généreuse portion de pommes de terre en purée!

 

 

 

 

 

[1] Kat Smith, « Turkey Producers Lose Millions of Dollars As More People Choose Vegan Thanksgiving Options ». LiveKindly, 17 novembre 2018.

[2] Lana Bandoim, « Tofurky Sells Its 5 Millionth Thanksgiving Roast ». Forbes, 20 novembre 2018.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: