Virgin Galactic à la conquête des étoiles

L’espace serait-il devenu le prochain marché à conquérir? Prenant le relais des agences gouvernementales telles la NASA ou l’Agence spatiale européenne, plusieurs entreprises du secteur privé propulsent aujourd’hui leurs engins en orbite, dans l’espoir d’y établir une activité commerciale pérenne, à 100 kilomètres d’altitude. Et Virgin Galactic, l’une des nombreuses entités du groupe Virgin, entend bien relever cet impossible défi!

Un grand pas pour l’Humanité

Le 13 décembre dernier, Virgin Galactic procédait en effet au lancement de son véhicule spatial sub-orbital VSS Unity, en route vers les limites de l’atmosphère terrestre, dans ce qui constituait le premier véritable vol de l’engin dans le vide intersidéral. Après avoir décollé de la base de Mojave (Californie), fermement ancré au porteur WhiteKnightTwo, Unity s’est détaché de ce dernier à 15 000 mètres d’altitude pour s’envoler à la vitesse de Mach 2,9 (près de 3 600 kilomètres/heure) vers l’espace. À peine soixante secondes plus tard, Unity s’installait en orbite basse, à quelque 83 kilomètres de la surface de la Terre. Prenez la mesure de l’exploit, en savourant la vidéo ci-bas.

Chapeau bas à l’entreprise, mise sur pied en 2004, et surtout à son fondateur, le milliardaire britannique Richard Branson, un rêveur fou qui n’a pas hésité à allonger les millions de dollars afin de réaliser ses fantasmes commerciaux et technologiques les plus

Richard Branson, en compagnie de Namira Salim, l’une des clientes de Virgin Galactic. (source : Bloomberg News)

invraisemblables. Et, à cet égard, l’un des objectifs du fondateur du groupe Virgin était de rendre viable une activité commerciale que l’on imaginait à peine il y a deux décennies, à savoir le tourisme spatial. La création de Virgin Galactic doit donc être comprise dans ce contexte précis. Si, donc, vous avez en poche 250 000 USD, vous pouvez donc réserver l’un des six sièges disponibles dans Unity : les premiers vols commerciaux sont prévus l’année prochaine, si le programme ne connaît pas de retard.

Une aventure rentable?

Avec un tel prix pour s’envoyer en l’air, on peut s’interroger sur la viabilité commerciale d’une telle entreprise et d’un tel domaine d’affaires. Certes, comme le rapporte Michael Goldstein dans son article[1] publié sur le site Internet de Forbes, Virgin Galactic affirme avoir une liste d’attente de 700 personnes, soit environ 175 millions USD en éventuels revenus. Mais ces revenus couvriront-ils le développement du programme, en cours depuis 15 ans chez Virgin Galactic? Et que dire de l’exploitation courante des vols suborbitaux pour l’entreprise? Une partie de la réponse nous est fournie par Michael Goldstein dans son papier : Virgin Galactic aurait englouti, depuis sa création, environ 600 millions USD, cela sans compter le support de l’Arabie saoudite pour ce pari fou, un support évalué à un milliard USD.

Il faut aussi prendre en considération le fait que Virgin Galactic n’est pas seule à vouloir placer ses pions et ses véhicules en orbite. De fait, bon nombre de concurrents regardent aussi vers les étoiles, et non les moindres. Selon Alex Knapp, dans son article[2] traitant du même sujet et aussi publié chez Forbes, Boeing et SpaceX, l’entreprise créée par Elon Musk, le milliardaire derrière la voiture électrique Tesla, sont à finaliser leur projet respectif. Et n’oublions pas le Terrien le plus riche, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, qui, avec son entreprise Blue Origin et sa capsule New Shepard, a également les mêmes ambitions. Serions-nous à quelques années d’une guerre (commerciale) des étoiles? 😉

Quoi qu’il en soit, et rentable ou pas, il faut saluer l’audace de ces milliardaires qui, en cherchant à concrétiser leurs rêves, créent de l’emploi, de la richesse collective et pousse l’Humanité à aller toujours plus haut, toujours plus loin!

 

 

 

 

 

[1] Michael Goldstein, « Will Space Tourism Ever Be A Viable Business? ». Forbes, 4 janvier 2019.

[2] Alex Knapp, « With Virgin Galactic’s Latest Flight, Has Space Tourism Finally Arrived? ». Forbes, 14 décembre 2018.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: