Tout est au vert pour l’Irlande!

À tout seigneur, tout honneur! En ce lendemain de la Saint-Patrick, je me devais de vous parler de l’Irlande, ce petit pays perché dans le coin supérieur gauche de l’Europe, mais dont la vigueur ne cesse d’étonner. Quel est le secret de la recette irlandaise?

Tous les voyants sont en effet au vert pour l’économie irlandaise, dans des contextes européen et mondial fragilisés depuis le début de l’actuel siècle. Alors que les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) ont affiché une croissance moyenne du PIB de 2,0 % depuis 2000, l’Irlande, pour sa part, se démarque du lot par un solide 4,9 %, poussant même une pointe à 25 % de croissance du PIB en 2015 (ce n’est pas une erreur!). Assurément, il y a anguille sous roche…

Il faut toutefois reconnaître que, à l’instar de bon nombre d’économies occidentales, la chute que le pays a connue à la suite de la crise financière de 2007-2007 avait placé le pays dans une situation économique plutôt délicate. Qu’à cela ne tienne, le gouvernement de Dublin a depuis pris les choses en main et a mis en place les conditions qui ont pu faire en sorte de relancer l’économie irlandaise, et de belle manière.

C’est un fait que signale au demeurant Shaun Murphy, du cabinet KPMG, dans son analyse[1] publiée dans le OECD Observer. Le consultant souligne en effet trois actions décisives que le gouvernement irlandais a déployées afin de placer le pays dans le peloton de tête de l’Europe et des pays de l’OCDE quant à la santé de son économie.

    • La promotion des forces vives du pays. L’Irlande, ce n’est pas que le pays des magnifiques paysages de l’Île d’émeraude, le surnom affectueux donné à ce pays insulaire. L’Irlande, c’est aussi un environnement économique très performant. De fait, plus de 1 200 multinationales ont fait de l’Éire, le nom du pays en gaélique, leur port d’attache afin de conquérir le marché européen, dont notamment des entreprises de haute technologie (Intel, Microsoft, Dell, Google, Apple, HP ou Facebook) ou des pharmaceutiques (Bristol Myers Squibb et Pfizer). Bien appuyée à l’étranger par ses délégations commerciales et par la diaspora irlandaise (entre 80 et 100 millions de personnes se déclarent d’ascendance irlandaise, dont 36 millions aux États-Unis), le pays continue d’attirer sur son sol des dizaines d’entreprises d’envergure qui créent de l’emploi. Ainsi, c’est près de 175 000 emplois, soit près de 8 % de la population active, sont le fait de ces multinationales.
    • Une politique fiscale avantageuse. « On n’attire pas les mouches avec du vinaigre », veut le vieil adage. Si l’Irlande peut se vanter d’avoir sur son sol autant d’entreprises étrangères, c’est que la fiscalité est très avantageuse pour celles-ci. Le taux d’imposition des entreprises en Irlande se situe à 12,5 %, l’un des plus bas parmi les pays industrialisés de la planète[2]. Les entreprises technos peuvent par ailleurs peuvent également se prévaloir de crédits d’impôts relatifs à la R&D pouvant aller jusqu’à 25 %. Le résultat? Selon l’American Chamber of Commerce in Ireland, même si le pays ne contribue au PIB de l’Union européenne qu’à hauteur de
      Une rue animée de Dublin, la capitale.

      1 %, l’Irlande a attiré plus de 12 % des investissements étrangers américains en Europe, pour ne parler que du seul cas des États-Unis.

    • Une vitalité entrepreneuriale sans égal. La présence des multinationales, notamment technologiques, contribue par ailleurs à la naissance de dizaines de jeunes pousses (start-ups) qui font de l’Irlande et de Dublin, sa capitale, l’une des terres les propices à l’entrepreneuriat en Europe. Comme soulevé par Shaun Murphy dans son article cité auparavant, deux facteurs favorisent ce fait : l’une des populations actives les plus jeunes d’Europe et un système d’éducation très performant. Ceci explique donc cela…

Petit peuple en nombre (à peine plus de cinq millions d’habitants), mais grand peuple résilient qui a su, au cours de l’histoire, se relever à maintes reprises de terribles épreuves et qui se classe aujourd’hui parmi les nations les plus dynamiques du globe, avec un PIB par habitant de plus de 73 000 USD (!!!) : chapeau bas à l’Irlande, en ce lendemain de fête nationale!

 

 

 

 

[1] Shaun Murphy, « Ireland: Open for investment ». OECD Observer, numéro 305 (janvier 2016).

[2] Pour l’année 2017. Consultez cette page du site Internet de l’OCDE pour le classement complet à ce chapitre.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d blogueueurs aiment cette page :