Réalité augmentée, profitabilité augmentée?

L’information est au cœur de la révolution numérique. Ces milliards et milliards de bits d’information, qui nous informent sur l’état de la réalité ou, à plus petite échelle, sur un système donné, sont toutefois difficiles à saisir et à représenter. La réalité augmentée (RA) pourrait bien permettre, à brève et à moyenne échéance, d’atteindre cet objectif et, du coup, d’aider les entreprises et les organisations à être plus efficaces et plus rentables.

Le concept vous est peut-être étranger. Mais si vous avez vu l’excellent film Minority Report de Steven Spielberg, avec Tom Cruise comme vedette principale, vous êtes déjà familier avec la réalité augmentée. Revoyez cet extrait du film, alors que l’enquêteur John Anderton plonge à travers les bases de données du service de police de Washington afin de prévenir un meurtre qui sera commis sous peu.

Cet extrait montre l’essence même de la réalité augmentée, à savoir la capacité d’incorporer à la réalité des objets virtuels de toute nature, de l’information en somme. Tom Cruise, alias John Anderton, peut en effet, grâce à la RA, plonger au cœur de l’information contenue dans les serveurs informatiques du service de police de Washington et afficher virtuellement cette dernière (séquences vidéo, fiches signalétiques, rapports, etc.) pour mieux la manipuler par la suite.

Un outil du futur, maintenant accessible

La RA est donc un puissant outil, puisqu’elle permet, comme l’affirment Michael Porter et James Heppelmann dans leur article[1] publié en 2017 dans la Harvard Business Review, de contourner un obstacle majeur quant à la représentation et à l’utilisation de l’information. Car le grand problème de l’information, c’est qu’elle est souvent consignée sur des supports en deux dimensions (papier, écran d’ordinateur) alors que la réalité, pour sa part, est en trois dimensions. La RA permet donc de superposer virtuellement une information en 2D sur un objet qui, lui, est en 3D. Et les avantages d’une telle opération sont nombreux.

Imaginons un exemple concret, celui d’un manutentionnaire travaillant dans un entrepôt. Si cet employé veut déplacer une marchandise du point A au point B dans l’entrepôt, il y a fort à parier que celui-ci devra avoir en main l’inventaire afin de retracer ladite marchandise, et qu’il devra aussi avoir dans sa poche arrière un bordereau qui témoignera du déplacement de l’objet, une fois la manœuvre complétée. L’entreprise allemande DHL, spécialisée dans le transport et la logistique, est en voie d’implanter en ses murs la réalité augmentée afin de soulager ses employés de ces tâches scripturales qui peuvent être à la fois fastidieuses et sujettes à bien des erreurs. La vidéo qui suit (en anglais) donne un bon aperçu de ce que la RA a pu apporter à cette entreprise d’envergure planétaire.

Les possibilités de la RA pour les affaires

Évidemment, la technologie qui appuie l’utilisation de la RA (les lunettes pour l’instant) en est à ses premiers pas. Mais Michael Porter et James Heppelmann entrevoient d’immenses potentialités pour les entreprises qui sauront dompter la réalité augmentée. Et celles-ci sont nombreuses. Par exemple :

  • Les concepteurs et les ingénieurs travaillent depuis des années à créer des objets à partir de programmes de conception assistée par ordinateur (computer-assisted design ou CAD). On pourra d’ici quelques années procéder au même exercice, mais en trois dimensions, avec des gains d’efficacité et de meilleurs résultats en vue;
  • Il en va de même pour les chaînes de production, qui peuvent s’avérer parfois fort complexes et inclure de multiples étapes. Muni de la RA, un opérateur pourra recevoir en temps réel sur ses lunettes les données relatives à l’état de cette chaîne de production, apporter les correctifs nécessaires s’il y a lieu et, mieux encore, prévenir les éventuels problèmes ou les pannes;
  • D’un point de vue marketing, la RA laisse entrevoir d’immenses possibilités. Imaginez! Vous voulez voir l’effet que pourrait avoir un nouveau divan dans votre salon? Pas de problème! Enfilez les lunettes de RA ou saisissez votre smartphone, téléchargez le modèle envisagé, qui apparaît alors sur le verre de vos lunettes, et superposez-le dans la pièce.

Ce ne sont là que quelques-unes des milliers de possibilités que laisse entrevoir l’arrivée massive de la réalité augmentée dans un futur pas si lointain. Pour sa part, DHL se félicite déjà d’avoir adopté cette technologie, elle qui a pu générer grâce à la RA des gains de productivité de 25 % dans ses entrepôts. Michael Porter et James Heppelmann sont, quant à eux, convaincus à la fois de l’importance et des bénéfices qu’apportera la RA sous peu : « La réalité augmentée a le potentiel de transformer notre manière d’apprendre, de prendre des décisions et d’interagir avec le monde physique. Ce faisant, la RA aidera également à tirer parti plus efficacement des capacités humaines uniques, une chose que les machines ont encore du mal à faire correctement. »[2]

On se prend presque à y rêver pour bien des aspects de notre quotidien!

 

 

 

 

[1] Porter, M. E., & Heppelmann, J. E. (2017). « Why every organization needs an augmented reality strategy ». Harvard Business Review, 95(6), 46-57.

[2] Notre traduction.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d blogueueurs aiment cette page :