Beyond Meat : oserez-vous?

Si la viande d’origine végétale n’a pas encore réussi à vous convaincre, certaines grandes chaînes de restauration rapide ont, pour leur part, fait le pari qu’un tel substitut pouvait satisfaire une portion non négligeable de leur clientèle! Vous laisserez-vous tenter par la nouvelle tendance?

Une fois de plus, voilà un signal clair que les mentalités évoluent! Le roi de la restauration rapide, McDonald’s pour ne pas la nommer, vient en effet d’annoncer qu’il allait procéder à l’essai de son nouveau burger P.L.T., une abréviation de « plante-laitue-tomate », un clin d’œil au célèbre sandwich BLT pour « bacon-laitue-tomate ». Le géant de Chicago testera en effet au Canada, dès aujourd’hui et pour douze semaines, la réponse de ses clients à ce burger nouveau genre dans une trentaine de ses établissements, tous en situés en Ontario, la province voisine du Québec. Pour fins de comparaison, le P.L.T. compte 460 kilocalories et sera offert à 6,49 CAD, alors que le bon vieux Big Mac, pour sa part, vous soulagera de 5,69 CAD, mais tout en ajoutant 520 kilocalories à votre bilan calorique quotidien.

Ce faisant, McDo emboîte le pas à de nombreuses chaînes de restauration rapide qui offrent déjà une telle possibilité à leur clientèle. Parmi celles-ci, on notera la chaîne canadienne Tim Hortons, A&W, Burger King et Harvey’s. Dans le cas des deux premières chaînes et de McDonald’s, c’est l’entreprise californienne Beyond Meat qui fournira la matière première. Quant à Burger King et à Harvey’s, ces dernières font respectivement affaire avec les firmes Impossible Foods et Lightlife afin d’assurer la présence de viande végétale dans leurs produits.

Autres temps, autres bœufs…

De toute évidence, il y a là un mouvement qui se propage à grande vitesse dans le monde du fast-food. Et si on ne s’attend certes pas à ce que la viande végétale supplante la viande d’origine animale demain matin, il n’en demeure pas moins que la demande pour ces substituts devrait exploser au cours de la prochaine décennie.

Comme le fait valoir la banque britannique Barclays dans une étude réalisée à ce sujet, les consommateurs seront de plus en plus nombreux à adopter les produits à base de viande végétale, et ce pour trois raisons principales. D’une part, les considérations relatives à la santé poussent de plus en plus de carnivores à reconsidérer leurs choix alimentaires et à adopter ces solutions de rechange, en raison de la corrélation établie entre la consommation de viande rouge, les maladies cardiovasculaires et certaines formes de cancer. D’autre part, révèle Barclays dans son étude, l’élevage bovin produit plus de gaz à effet de serre que l’automobile, et contribue à 9 % des émissions de ces mêmes gaz à l’échelle planétaire. En dernier lieu, certains voudront protester, en faisant le saut vers la viande végétale, contre l’élevage intensif et le traitement réservé aux bovidés.

Pour toutes ces bonnes raisons, Barclays estime que les parts de marché mondiales des substituts à la viande animale, qui s’élèvent à 1 % à l’heure actuelle, pourraient atteindre 10 % en 2029. Quant aux revenus générés par ce sous-domaine de l’industrie alimentaire, ceux-ci devraient suivre la même progression, passant de 14 milliards USD aujourd’hui à environ 140 milliards USD durant la prochaine décennie, soit une croissance moyenne gargantuesque de plus de 25 % annuellement!

Voter avec son portefeuille

À regarder ou à lire les infos, on serait parfois amené à porter un regard plutôt sombre sur l’avenir de la planète, tout comme sur les sociétés qui en tapissent la surface. Mais, lorsque je constate l’immense mobilisation des jeunes et des moins jeunes en faveur de la lutte au réchauffement climatique, l’édition montréalaise de la Grève mondiale pour le climat tenue le vendredi 27 septembre ayant rassemblé environ un demi-million de personnes dans les rues de la métropole québécoise, je ne puis m’empêcher de songer au fait que nous assistons à d’importants changements de valeurs au sein de nos sociétés. Et si les politiciens ne sont pas toujours à l’écoute ou s’ils ne bougent pas toujours aussi rapidement qu’on le souhaiterait, les entreprises de la restauration rapide, pour leur part, prennent note de la volonté de plus en plus marquée des membres des générations montantes de manger plus sainement et de réduire du coup leur empreinte écologique, et elles agissent en ce sens. Continuons donc à voter avec notre portefeuille en achetant, ne serait-ce que de temps en temps, ces substituts à la viande animale!

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d blogueueurs aiment cette page :