Un smartphone entièrement africain?

L’Afrique, ce n’est pas seulement une occasion pour les entreprises occidentales de concrétiser les promesses d’un immense marché à conquérir. L’Afrique, c’est aussi des entreprises et des entrepreneurs africains qui ont le franc désir de bâtir pour le continent la structure économique de demain, et ce pour le plus grand bénéfice de ses habitants.

Si la nouvelle n’a pas enflammé les fils de presse lors de sa parution en octobre dernier, elle vaut néanmoins la peine d’être signalée, tant cette dernière démontre bien, à notre humble avis, que l’Afrique sera à surveiller dans les années et les décennies à venir.

Voici donc, annonçait plus tôt cet automne l’agence britannique de presse Reuters[1], les téléphones intelligents de marque Mara, un conglomérat œuvrant dans 25 pays de l’Afrique orientale et basé à Dubaï. Le Mara se décline en deux saveurs : le modèle X, d’entrée de gamme, et le modèle Z, aux performances supérieures, dont vous pouvez avoir un aperçu dans la vidéo qui suit.

Quant au prix de ces deux appareils, le Mara X se détaille à un peu plus de 120 000 francs rwandais (environ 170 CAD ou 115 EUR) tandis que son grand frère se laissera emporter moyennant 175 000 francs rwandais (environ 245 CAD ou 170 EUR).

De conception et de fabrication entièrement africaine!

L’Afrique est déjà le théâtre d’une intense production de smartphones. L’entreprise Onyx, basée en Afrique du Sud, est certes bien connue en Afrique australe, mais l’entreprise importe les composantes de ses appareils de l’étranger. Le fabricant Transsion et sa marque Tecno, l’une des plus connues et reconnues sur le continent, se prétendent également africains. Toutefois, Transsion est un groupe chinois dont le siège social est situé à Shenzen, la ville-sœur de Hong Kong.

Pour sa part, Mara revendique pleinement ses racines africaines. « Tout le processus de fabrication, de la carte mère jusqu’à l’emballage du téléphone est fait dans notre usine nouvellement ouverte, martèle Eddy Sebara, le responsable du marché rwandais pour le groupe Mara, cité dans un article[2] publié sur le site Internet de CNN. Est-ce que la touche « Made in Africa » saura séduire les habitants du continent? Mara aura fort à faire puisque son grand rival, Transsion, détient déjà plus de la moitié des parts du marché africain.

Le dynamisme rwandais

Si Mara peut ainsi espérer, c’est que l’entreprise s’appuie aujourd’hui sur un écosystème industriel et technologique dynamique mis en place à Kigali, la capitale de ce petit pays de l’Afrique centrale qu’est le Rwanda. De fait, à l’initiative du controversé président Paul Kagame, le Rwanda a su relancer son activité économique, un quart de siècle après le terrible génocide de la minorité tutsie survenu dans ce pays en 1994. De nos jours, la situation rwandaise, sans faire abstraction des difficultés endémiques du Pays aux mille collines (c’est le surnom du pays), est en nette progression. Les efforts du gouvernement central afin d’améliorer le sort de sa population et de développer une structure d’accueil pour les entreprises nationales et internationales qui voudraient y faire affaire semblent avoir porté fruit. Comme le signale CNN dans un second article[3] à propos du Rwanda, la croissance annuelle moyenne du PIB national fut d’environ 8 % entre 2001 et 2015, tandis que la mortalité infantile chutait des deux tiers pour la même période. Impressionnant!

Bref, ce nouveau contexte socioéconomique semble séduire certaines entreprises qui n’hésitent pas à investir au Rwanda. Le Groupe de la Banque mondiale a placé le pays au second rang des pays de l’Afrique subsaharienne (et au 38e rang mondial!), dans son palmarès Doing Business 2020, qui évalue la facilité à mener des affaires dans un pays donné. Voilà qui explique sans doute pourquoi le groupe Mara a choisi Kigali et le Rwanda afin d’y construire l’usine qui assemble à l’heure actuelle ses modèles X et Y. Ladite usine emploie 200 personnes, dont 60 % sont des femmes, et ce nombre devrait passer, d’ici cinq ans, à 500 travailleurs, si tout va bien.

Même si les débuts semblent modestes, il est quand même rassurant de voir des entreprises africaines faire petit à petit leur place et développer une activité économique dont les profits ne seront pas redirigés vers la Chine ou l’Occident!

 

 

 

 

[1] Clement Uwiringiyimana, « Rwanda launches first “Made in Africa” smartphones ». Reuters, 7 octobre 2019.

[2] Kieron Monks, « Rwanda opens “first entirely homemade” smartphone factory in Africa ». CNN, 8 octobre 2019.

[3] Eleni Giokos et Phoebe Parke, « Why this South American company is making laptops in Rwanda ». CNN, 19 juillet 2019.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: