La revanche des imparfaits

Si les fruits, les légumes et les divers produits vendus par l’entreprise californienne Imperfect Foods sont loin d’être parfaits, son modèle d’affaires, quant à lui, est parfaitement adapté à la réalité d’aujourd’hui!

En employant la lunette stratégique qui est la mienne, je ne peux m’empêcher de constater à quel point Imperfect Foods, basée à San Francisco, a visé dans le mille. Jetez avant tout un œil à ce clip (en anglais), histoire d’en savoir davantage sur cette entreprise.

Pourquoi dans le mille? Parce que son modèle d’affaires est en phase avec les grandes tendances qui caractérisent notre monde d’aujourd’hui. De quelle manière? De deux manières!

  • Les exigences des consommateurs du XXIe siècle. Les pertes et le gaspillage alimentaires sont, aux dires de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, énormes. Le volume des produits alimentaires perdus ou gaspillés à Fighting Food Waste Just Got Easier, Thanks to Imperfect Produce | Portland Monthlyl’échelle de la planète s’élève à environ 1,6 milliard de tonnes, tandis que 28 % des terres arables de la planète (l’équivalent de 1,4 milliard d’hectares) sont employés à la culture d’aliments… qui sont jetés ou perdus. Trouvez l’erreur… Voilà des statistiques qui font à coup sûr réagir, notamment les membres des générations montantes qui ont les préoccupations environnementales solidement ancrées. Tabler, donc, sur une activité économique qui met en valeur la consommation de produits alimentaires qui auraient été tout bonnement jetés à la poubelle ou au composteur ne peut que porter fruit (admirez au passage le jeu de mots! 😉).
  • Une entreprise à peu près virtuelle. Imperfect Foods est la digne représentante de ces places de marché électroniques qui ont bourgeonné au cours des deux dernières décennies. À ce titre, rien de très compliqué : l’entreprise ne fait que mettre en relation un bassin de clients intéressés par ces fruits et ces légumes négligés à des producteurs et à des distributeurs qui, pour leur part, auraient inscrit une perte à leurs livres comptables avec ces denrées. Imperfect Foods offre donc un service à valeur ajoutée à ses abonnés, et à moindre coût puisqu’elle ne possède pas (ou si peu!) d’actifs et qu’elle utilise un niveau restreint de ressources, à savoir son site Internet, ses six centres d’empaquetage et ses employés.

En phase aussi avec 2020

Créée en 2015, Imperfect Foods est sur son erre d’aller depuis. Avec ses quelque 1 500 employés, l’entreprise dessert environ 400 000 clients, répartis dans 38 des 50 États de l’Oncle Sam. Imperfect Food indique que ses activités ont ainsi permis de sauver à ce jour environ 65 millions de kilos de nourriture.

La poisse qui s’acharne sur nous, Terriennes et Terriens, du fait de la pandémie de COVID-19 et des difficultés économiques générées par cette dernière, n’a toutefois pas affecté Imperfect Foods, qui connaît une véritable explosion de ses ventes depuis le début de l’année. Comme le Imperfect Foods boxes are delivered once a week or every other week. signale Danielle Wiener-Bronner dans son article[1] publié sur le site Internet de CNN Business, Imperfect Foods a vu le nombre hebdomadaire de ses livraisons doubler, passant de 100 000 à 200 000 boîtes d’imparfaits déposées à la porte de ses clients depuis juin dernier! La raison? Les impacts de la pandémie ont poussé bon nombre de foyers américains à se tourner vers des solutions moins onéreuses pour se nourrir, gardant à l’esprit que les clients d’Imperfect Foods peuvent économiser jusqu’à 30 % de leur facture d’épicerie habituelle avec ces imparfaits. Ajoutez à cela l’engouement quelque peu forcé pour la livraison à domicile en ces temps de confinement, et vous avez dès lors les clés du récent succès de l’entreprise.

S’il est un signe qui ne trompe pas quant à la viabilité du projet Imperfect Foods, c’est le capital que les investisseurs sont prêts à placer dans l’entreprise. Les dirigeants d’Imperfect Foods espéraient en juin recueillir 72 millions USD pour financer sa croissance; c’est plutôt 119 millions USD qu’ils ont récoltés, témoignant à la fois du grand intérêt pour ce modèle d’affaires et de son immense potentiel.

Il y a deux jours à peine, le 29 septembre, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture soulignait la Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture (consultez la page, il y a une masse d’infos pertinentes!). Une problématique sociale d’importance, un modèle d’affaires mis sur pied afin de résoudre un tant soit peu cette problématique, pour le plus grand bénéfice des consommateurs : voilà ce qui s’appelle une formule gagnante pour tous!

 

 

 

 

[1] Danielle Wiener-Bronner, « Why people are flocking to ugly produce during the pandemic ». CNN Business, 16 septembre 2020.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: