Si vous aviez encore des doutes à propos de la diversité…

Le dimanche 27 septembre dernier, pour la première fois dans l’histoire de la National Football League (NFL), il y avait sur le terrain, lors du match mettant aux prises les Browns de Cleveland et la Washington Football Team, une arbitre et deux entraîneuses. Rien de plus normal en 2020!

C’est une page d’histoire qui vient de s’inscrire dans l’histoire centenaire du plus important circuit de sport professionnel sur le globe, en termes de revenus. En effet, lors de cet affrontement remporté 34 à 20 par les représentants de Cleveland, Sarah Thomas était l’un des sept officiels en poste. Cette dernière était accompagnée, lors de cette historique rencontre, de Callie Brownson (responsable des joueurs chez les Browns) et de Jennifer King (entraîneuse adjointe à l’offensive pour Washington).

La présence de ces trois femmes lors d’un match de la NFL n’est certes pas fortuite. Pourquoi? Parce qu’en ce début de troisième millénaire, les femmes constituent un important vecteur de croissance pour les organisations sportives de tout acabit, y compris pour les ligues professionnelles de sport comme la NFL. Voyons cela de plus près.

Le nombre

Voilà près d’un demi-siècle, plus précisément le 23 juin 1972, le président américain Richard Nixon adoptait le célèbre Title IX, un amendement à la Loi sur l’éducation des États-Unis qui rendait de facto toute discrimination exercée à l’égard des femmes dans la participation à des programmes ou à des activités scolaires, ce qui inclut surtout les activités sportives. Depuis ce jour, la participation des femmes à ces activités a littéralement explosé. Dans son rapport 45 Years of Title IX. The Status of Women in Intercollegiate Athletics, la National Collegiate Athletic Association (NCAA) américaine indique que la participation des jeunes femmes aux activités sportives offertes dans les écoles secondaires (high schools) a été multipliée par 11 depuis l’application du Title IX (graphique de gauche). Par ailleurs, cette même tendance à la hausse se confirme aussi en ce qui a trait au sport universitaire, que régit la NCAA. En 2016, presque trois fois plus de femmes ont participé aux diverses compétitions interuniversitaires qu’en 1982 (graphique de droite).

Bien que l’égalité numérique ne soit pas encore atteinte entre les hommes et les femmes quant à la participation à des activités physiques, un indéniable fait demeure : les femmes sont de plus en plus nombreuses à faire du sport et à s’y intéresser. La présence de Sarah Thomas, de Callie Brownson et de Jennifer King sur un terrain de football américain n’est que l’aboutissement heureux de ce qui précède.

Le portefeuille

Qui plus est, les ligues professionnelles ont également compris un fait connu depuis longtemps : ce sont généralement les femmes qui prennent les décisions relatives aux achats d’importance dans la famille. Raison de plus pour considérer ces dernières dans la réflexion stratégique menée par les organisations sportives. Dans le cas de la NFL, comme le rapportait 49ers WON | San Francisco 49ers - 49ers.comMegan Graham et Jabari Young[1] à la veille du Super Bowl LIV, en février dernier, 47 % des quelque 187 millions de fans du circuit professionnel, soit environ 88 millions de personnes, sont des femmes. Voilà une impressionnante cohorte, et certains des clubs de la NFL déploient par ailleurs d’importantes ressources afin de rejoindre ces dernières. Depuis maintenant 14 ans, les Ravens de Baltimore possèdent leur fan club féminin, dénommé Purple[2], et ont été suivis en cela notamment par la Washington Football Team (WOW – Women of Washington) et les 49ers de San Francisco (WON – Women of the Niners). C’est dire toute l’importance accordée par ces équipes et la ligue à ce segment de clientèle!

Les appuis

Terminons simplement en ajoutant que lorsque de grandes entreprises se joignent aux différentes ligues afin d’appuyer le mouvement, il n’y a plus de doute possible : la diversité (de genre, dans le cas qui nous occupe) est un fait indéniable qu’on ne peut plus ignorer. La preuve? Lors de ce même Super Bowl LIV, Microsoft rendait hommage à Katie Sowers, la toute première femme entraîneuse à participer à la grand-messe annuelle du football américain.

De véritables pionnières dans un monde d’hommes! Bravo, mesdames!

 

 

 

 

 

[1] Megan Graham et Jabari Young, « Women are watching the NFL in record numbers, and Super Bowl ads are finally starting to reflect that ». CNBC, 2 février 2020.

[2] Les couleurs de l’équipe sont le violet et le noir.

Leave a Reply

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: